Ce vendredi, 18 Juin 2019, la Première Dame du Burundi, Son Excellence Denise Nkurunziza a organisé un atelier de sensibilisation des administratifs, des acteurs religieux et responsables sanitaires de la région sud sur les thèmes de l’élimination de la transmission du VIH mère-enfant, de la prévention et la prise en charge de l’infertilité et de la planification familiale. Etaient présents,  à l’hôtel Tanganyika Lodge en Province de Rumonge, les gouverneurs, les chefs des districts sanitaires et les représentants des confessions religieuses des provinces de Rumonge, Bururi, Makamba, Mwaro et Rutana, en plus du  Ministre de la Santé Publique et de la lutte contre le sida et le Directeur Pays de l’ONUSIDA.
Dans son discours d’ouverture, la Première Dame a rappelé aux participants que la dernière rencontre avec eux était centrée sur la  sensibilisation sur la prise en charge pédiatrique du VIH. C’est donc le moment de voir les prestations actuelles et arrêter d’autres stratégies pour arriver à l’objectif que le Burundi partage avec les autres pays d’éliminer la transmission du VIH de la mère à l’enfant a dit la Première Dame.  Elle a incité les leaders de surveiller des comportements immoraux qui se font dans les hôtels.
Son Excellence Denise Nkurunziza a indiqué que cet atelier s’inscrit aussi dans la poursuite de la campagne « Plus qu’une Mère » lancée officiellement le 19 mars 2019 par la Fondation Buntu, en partenariat avec la Fondation Merck, en guise de renforcement de l’autonomisation et de la valorisation des couples infertiles et de la femme en particulier.
Selon la Première Dame, la question d’infertilité a été depuis longtemps un sujet tabou dans la culture burundaise et la responsabilité de l’infertilit est attribuée seulement à la femme.
« Des ménages sont disloqués à cause de l’infertilité dont on ignore souvent les causes et la femme est souvent culpabilisée et chassée du foyer. Nous devons tous comprendre que les femmes sont plus que des mères, qu’elles sont des membres actives dans la société et doivent être respectées comme telles même lorsqu’elles n’ont pas encore eu la possibilité de procréer », a martelé l’Epouse du Chef de l’Etat.

Les présentateurs ont montré les causes de l’infertilité et les méfaits des grossesses multiples et rapprochées. Entre autres causes de l’infertilité, Dr Bazikamwe Sylvestre, le Gynécologue a cité les maladies infectieuses non traitées, telles que les Maladies Sexuellement Transmissibles, les avortements et les accouchements à risques. A propos des causes de l’infertilité, la Première Dame a incité les administratifs et les leaders religieux de conjuguer leurs efforts pour renforcer l’éducation des enfants.
La Première Dame du pays a enfin insisté sur la planification familiale car elle est la source du développement durable. Sur ce sujet, les administratifs et les acteurs religieux ont été exhortés de continuer la sensibilisation pour que la mentalité des burundais change et vise à la planification familiale pour le bien être familial.