Ce vendredi, 16 Aout 2019, la Première Dame du Burundi, Son Excellence Denise Nkurunziza a réuni à Gitega, les leaders (administratifs, des acteurs religieux et responsables sanitaires), en guise de clôture de la vaste campagne sur les thèmes de l’élimination de la transmission du VIH mère-enfant, de la prévention et la prise en charge de l’infertilité et de la planification familiale.  Les participants étaient des provinces  Gitega, Cankuzo, Karusi et Ruyigi. Étaient présents aussi le Ministre de la Santé Publique et de la lutte contre le sida et les partenaires œuvrant dans le système des nations unies dont FNUAP, PNUD, UNICEF et OMS.
Dans son discours, la Première Dame a rappelé que toutes les quatre régions du Burundi sont déjà parcourues en vue d’attirer l’attention des leaders sur les questions qui hantent les communautés africaines en général, et burundaises en particulier. C’est notamment le VIH Sida et la planification familiale ainsi que l’infertilité. En matière de la lutte contre le Sida, le Burundi a pris au sérieux les engagements de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le Sida (OPDAS) en lançant la campagne « Naître libre pour Briller ». Cette campagne visait à contribuer à la prévention de nouvelles infections par le VIH et de la mortalité infantile avec comme objectif d’aider à mettre fin au sida chez les enfants en Afrique, d’ici 2030, et à préserver la santé des mères.
En ce qui concerne la planification familiale, le ministère de la santé publique et de la lutte contre le sida a indiqué que les recherches montrent que les classes pléthoriques et des grossesses précoces sont à la base de beaucoup d’abandons scolaires qui s’observent dans presque toutes les provinces du pays. C’était aussi l’occasion de féliciter la province de Karusi qui a réduit remarquablement les taux d’abandons scolaires. Pour la Première Dame, le pays ne peut pas se développer si l’accroissement de la population n’est pas maitrisé.
A propos de la question de l’infertilité, la Première Dame a indiqué que cette question a été depuis longtemps un sujet tabou dans la société et la femme en était tenue responsable à tort ou à raison.
« Des ménages sont disloqués à cause de l’infertilité dont on ignore souvent les causes et la femme est souvent culpabilisée et chassée du foyer, a déploré la Première . Nous devons tous comprendre que les femmes sont plus que des mères, qu’elles sont des membres actives dans la société et doivent être respectéee même si elles n’ont pas d’enfants, a martelé l’Epouse du Chef de l’Etat.
A propos de ce sujet, les participants ont proposé la création d’un centre de traitement et de counseling des cas d’infertilité.

Après cet atelier, La Première Dame du pays, en compagnie du Ministre de la Santé Publique et de la lutte contre le Sida, s’est rendue dans la commune Itaba pour octroyer une aide à 78 familles des Batwa. Ces derniers ont bénéficié les tôles pour construire leurs maisons modernes, 25 kg de riz par famille, une couverture, un pagne et une houe.